Avr 27

L’hydroélectrique livré à la concurrence

1151265Le gouvernement va ouvrir à la concurrence l’exploitation de 51 centrales hydroélectriques, soit 20% du parc français.
EDF qui gérait 640 barrages et 447 centrales hydrauliques dans l’Hexagone, a perdu en 2008, après la privatisation de l’entreprise,  le droit de préférence dont il disposait lors du renouvellement des concessions hydrauliques.
Déjà, les appétits des firmes étrangères s’aiguisent ; ainsi l’autrichien Verbund  (actionnaire de Poweo), le canadien Hydro-Québec ou le norvégien Statkraft se sont déjà mis sur les rangs, le suisse Alpiq a publié un communiqué pour annoncer qu’il était lui aussi candidat au renouvellement des concessions en France, tandis que GDF Suez espère rafler quelques concessions à son concurrent français EDF.
Les conséquences de la mise en concurrence de la production hydraulique sont lourdes pour le service public, les usagers et les salariés.
Aujourd’hui, l’Unité de Production Alpes est dans la tourmente du renouvellement des concessions, avec un impact social qui n’est pas encore défini. En effet, les agents de la Séveraisse (Hautes Alpes) vont voir disparaître leur poste de travail au 31 décembre 2010, sans qu’il n’y ait eu de rencontre entre les OS et la Direction.(Voir dossier réalisé par la CGT)
La redistribution des concessions hydrauliques, et donc la sortie probable d’un certain nombre d’équipements du parc d’EDF va donner l’occasion, de fait, à une modification du tarif régulé de l’électricité.
À l’inverse, les opérateurs privés qui vont ainsi s’approprier des sources d’énergies les moins coûteuses vont pouvoir dégager des profits toujours plus importants. Tout cela conduira nécessairement à l’augmentation de la facture des abonnés, particuliers ou industriels.
L’énergie hydraulique est un bien commun et, à ce titre, son usage doit bénéficier à l’État (loi du 19 octobre 1919) et donc aux usagers. Le faible coût de production de cette énergie doit, de ce fait, profiter à l’ensemble des citoyens, et non pas à quelques-uns.
Les marges financières dégagées par ce mode de production doivent servir à maintenir le patrimoine et y associer les moyens humains nécessaires à la maintenance et à l’exploitation des installations.
La création d’un pôle public de l’Energie est nécessaire pour garantir la maîtrise publique de l’énergie et l’intérêt général. L’objectif à terme est que les entreprises, quel que soit leur statut ou leur taille sous l’égide du pôle public, ne puissent se faire concurrence. L’accès à l’énergie pour tous, dans le contexte actuel dû aux contraintes environnementales et à l’épuisement des ressources fossiles, entraîne l’exigence d’une optimisation de l’utilisation des énergies.
barrage-monteynardAfin que l’énergie puisse être produite dans des conditions de sûreté optimale, en respect des règles environnementales, les organismes de contrôle doivent bénéficier de moyens renforcés pour assurer leur mission. Les investissements nécessaires à la remise en état du patrimoine doivent être réalisés.
Une gestion rigoureuse de l’eau (réserves, crues) nécessite d’exclure cette ressource du secteur marchand tout en respectant son usage multiple

Dans la 4ème circonscription de l’Isère, avec notamment les barrages de Monteynard et du Sautet, limitrophe avec les Hautes Alpes, nous serons aux premiers rangs de cette casse organisée des outils de production énergique.

On ne peut manquer de rapprocher cette décision de la loi NOME concernant l’énergie nucléaire. Pour les futurs opérateurs, qui pour la plupart sont identiques à ceux qui postulent pour obtenir les concessions hydroélectriques, saisir toutes les opportunités de marché. D’autant qu’EDF devra céder en plus, jusqu’à 25% environ de sa production nucléaire annuelle à ses concurrents qui pourront l’exporter aux frontières moyennant un complément de prix et réalisant 10% à 20% de bénéfice dans la vente au détail. Ces mêmes concurrents pourront réaliser des bénéfices plus importants en vendant l’électricité sur les marchés de gros à terme, d’autant que le gestionnaire de réseau de transport (RTE) ne dispose d’aucun pouvoir de contrôle des livraisons.

Lien Permanent pour cet article : http://www.pcf-fontaine.fr/lhydroelectrique-livre-a-la-concurrence/

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Laisser ces deux champs tels quels :

Protégé par Invisible Defender. 382 114 spammeurs ont vu s'afficher une page d'erreur 403.