Déc 14

LIBERTE DE LA PRESSE, LIBERTE PUBLIQUE EN DANGER ! ! !

Un journaliste et rédacteur en chef d’un journal local auvergnat est victime d’avoir eu un style « non conforme », selon le Groupe Centre France, son employeur. Il est mis à la porte, sans effectuer son préavis de 2 mois, à compter du 27 novembre 2009. Nous demandons sa REINTEGRATION IMMEDIATE. Nous vous demandons, par solidarité, d’apporter votre soutien à ce journaliste, en signant la pétition dont le lien apparaît ci dessous:

Adresse de la pétition:


Texte de la pétition:

« Certains disent de lui que son impertinence le perdra. Selon le groupe Centre France, il est un journaliste « non conforme », dont les « prises à partie systématiques » et «l’opposition systématique aux acteurs politiques » auraient conduit à la « disgrâce » de La Gazette de Thiers- Ambert auprès d’un grand nombre de lecteurs, de partenaires et de politiques.
D’autres disent de lui qu’il a des « articles fouillés, un esprit critique, une plume avisée (donc parfois acerbe) », une petite note d’impertinence loin du mépris et de l’irrespect qu’on veut lui faire porter.

Maxence Schoene s’est vu remettre une lettre de licenciement le 27 novembre 2009; il est dispensé d’effectuer son préavis de 2 mois.

Conformément au Programme du Conseil National de la Résistance, nous demandons à ce que les journalistes puissent exercer « en pleine liberté de pensée, de conscience et d’expression », et puisse « garder leur honneur et leur indépendance à l’égard de l’Etat, des puissances d’argent et de pouvoir ».

Pour une presse locale de qualité, non édulcorée, et ambitieuse,
Nous demandons la REINTEGRATION de Maxence Schoene, journaliste et rédacteur en chef de La Gazette de Thiers-Ambert. »

Lien Permanent pour cet article : http://www.pcf-fontaine.fr/liberte-de-la-presse-liberte-publique-en-danger/

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Laisser ces deux champs tels quels :

Protégé par Invisible Defender. 384 276 spammeurs ont vu s'afficher une page d'erreur 403.