Aller à la barre d’outils

Rétablir l’accès à partir de 65 ans au panier gourmand

Voici le texte de la lettre que nous avons adressé à Monsieur le Maire de Fontaine:

Dans un courrier envoyé aux anciens de la commune vous précisez que désormais il faut « être âgé de 70 ans et plus » pour bénéficier du « colis gourmand » qui remplacera cette année le repas traditionnel en raison de la crise sanitaire.

Depuis des décennies chaque Fontainois-e pouvait s’inscrire pour le repas convivial à partir de 65 ans, âge où la plupart sont à la retraite, et disposent de pensions en moyenne inférieures de 25% à leurs revenus en activité professionnelle.

Moment fort de lien social, le repas constituait également de la part de la municipalité un geste significatif de solidarité active envers des centaines de personnes âgées.

Aujourd’hui ce sont près d’un millier d’entre elles -952 très exactement- qui ont été exclues arbitrairement de la possibilité de bénéficier du « colis gourmand ». Ce qui constitue une mise en cause significative de la politique sociale de la commune de Fontaine. Cela au moment où les personnes âgées subissent de plein fouet les conséquences de la crise sanitaire, au plan financier mais aussi par l’isolement durement ressenti particulièrement à l’approche des fêtes.

Profondément choqués par cette décision unilatérale de votre municipalité, les communistes de la section « Fontaine rive gauche du Drac » vous demandent de rétablir au plus vite l’accès à partir de 65 ans au colis gourmand et par la suite au repas traditionnel.

Vous souhaitant bonne réception de cette lettre, nous vous adressons Monsieur le Maire nos sincères salutations.

Willy Pepelnjak
Secrétaire de la section du PCF
Fontaine rive gauche du Drac

Lien Permanent pour cet article : http://www.pcf-fontaine.fr/retablir-lacces-a-partir-de-65-ans-au-panier-gourmand/

Masques aux écoliers, l’action a payé

Suite à notre action publique la ville de Fontaine passe commande de 4000 masques pour les élèves des écoles élémentaires !

Petit rappel :

• Lundi 2 novembre : Lors du Conseil municipal, le Maire Franck Longo répond fermement non à la question de Jean-Paul Trovero au nom du groupe Fontaine notre planète commune demandant que la ville fournisse gratuitement des masques aux écoliers de Fontaine.
• Vendredi 6 novembre : la mairie réceptionne le courrier de la section demandant la fourniture gratuite de masques.
• Dimanche 8 novembre : Le Dauphiné Libéré publie la quasi intégralité de notre lettre
• Semaine du 9 au 13 novembre : les communistes démarrent la distribution de la lettre aux parents d’élèves, collent des affichettes sur les panneaux.
• Lundi 16 novembre : Le secrétariat de Franck Longo propose à Willy une rencontre le mercredi 18 novembre.
• Mercredi 18 novembre : Le Maire Franck Longo informe Willy Pepelnjak et Laurent Jadeau que la ville commande 4 000 masques pour les élèves des écoles élémentaires !!!

Lien Permanent pour cet article : http://www.pcf-fontaine.fr/masques-aux-ecoliers-laction-a-payee/

26 mai 1946, Ambroise Croizat créa la Sécurité sociale

La lettre de Michel Cialdella au Médiateur de France Télévision, le 9 novembre 2020 :

 » Monsieur le Médiateur .

Ce soir sur la chaîne de télévision de France Info vers 18 heures on évoque le général De Gaulle. Pour se faire, la rédaction a invité une « historienne » du nom de Aurélie Luneau, qui nous a déversé un tombereau de contrevérités.

Par exemple : « on lui doit la Sécurité sociale ». Ce qui est une contrevérité absolue et démontrable par la chronologie. Car l’histoire se sont des faits et de la chronologie. De Gaulle pour sauver la France il a commencé par se sauver lui-même en Angleterre. Pourquoi pas !.

Mais De Gaulle n’est pour rien dans la création de la Sécurité sociale dont il n’a même pas signé les ordonnances. C’est son intérimaire Jean-Marcel Jeanneney qui l’a fait. Selon Pierre Laroque, De Gaulle était en Russie à ce moment-là.

Même s’il l’avait voulu il n’aurait pas pu. Désigné chef du gouvernement par l’assemblée constituante le 13 novembre 1945, il démissionnera le 20 janvier 1946 soit 108 jours après.

C’est parce que le parti communiste avait réalisé 26,2 % des voix à l’élection de l’assemblée constituante (devenant ainsi le premier parti de France) que le 21 octobre 1945, des ministres communistes font leur entrée au gouvernement. C’est Ambroise Croizat, ministre, qui mettra en place la Sécurité sociale avec l’aide de la CGT et des communistes. Le 20 mai 1946 A. Croizat créera le régime général.

De Gaulle n’aura de cesse d’attaquer cette grande conquête ouvrière. Et cela dès mars 1948 dans son discours de Compiègne ( voir chronologie ci-jointe).

Quant au vote des femmes, c’est grâce à un amendement du communiste Fernand Grenier, car De Gaulle avait « oublié … ».

Le journaliste Cyril Graziani n’est pas en reste, il prétend que De Gaulle quand il était au pouvoir, souhaitait beaucoup plus de nationalisations. Ce qui bien sûr est faux (voir la chronologie).

Par contre à De Gaulle on lui doit 10 millions de grévistes en 1968 que son mépris pour les travailleurs  lui a fait baptiser  la « chienlit ». Alors que la France connaît un mouvement de contestation historique, le général De Gaulle quitte discrètement le palais de l’Elysée, le 29 mai, provoquant interrogations et inquiétudes. On apprend un peu plus tard qu’il s’est rendu en Allemagne, à Baden-Baden, pour y rencontrer notamment le général Jacques Massu au PC des forces françaises en Allemagne, afin d’appeler l’armée à son secours ?

Mais il a aussi fait de bonnes choses : en mars 1966 il a fait quitter à la France le commandement intégré de l’OTAN, et le 1er avril 1967 fait évacuer de France les bases américaines. Mais de cela le service public de télévision n’en parle pas.

En espérant une rectification de la part de vos journalistes. Veuillez agréer Monsieur, mes salutations distinguées.

Michel Cialdella

Pour en finir avec : « Et De Gaulle créa la sécurité sociale ».

La chronologie met fin à cette fable.

Le programme de la Résistance est adopté le 15 mars 1944.

Celui-ci prévoyait un plan çomplet de sécurité sociale, avec gestion appartenant aux représentants des intéressés et de l’État.

Il restait à construire l’organisme. Ambroise Croizat ne part pas de rien puisque dès avril 1944, à Alger, il impulse un groupe de travail de l’assemblée consultative provisoire (1).

C’est un rapport présenté par Georges Buisson militant de la CGT (un peu oublié), qui constituera la base des ordonnances. Il est adopté par l’assemblée consultative provisoire le 31 juillet 1945, par 194 voix pour, et une voix contre (la droite). Mais il y a 84 abstentions : le M. R.P., la C.F.T.C et quelques radicaux. Ce qui invalide la thèse du consensus.

D’ailleurs la CFTC au niveau confédéral, refusera de participer à la mise en place de la Sécurité sociale.

Les ordonnances sont publiées les 4 et 19 octobre 1945. Elles sont signées par Alexandre Parodi. De Gaulle ne les signera pas. Selon Pierre Laroque il aurait été à Moscou ce jour-là.

Le 21 octobre 1945 élection de l’assemblée constituante. Les communistes obtiennent 26,2 % des voix et 159 députés. Le PCF devient le premier parti de France.

Le 13 novembre 1945 De Gaulle est élu chef du gouvernement par l’assemblée constituante.

Le 22 novembre 1945 soit 32 jours après la publication des ordonnances, Ambroise Croizat devient ministre du travail et de la Sécurité sociale. Il sera chargé de la mise en place de ce grand organisme.

La droite ne renonce pas et ne renoncera jamais. Le 22 décembre 1945 ( 79 jours après la publication des ordonnances) le MRP qui soutient De Gaulle, présente une proposition de loi qui a pour objet de modifier l’ordonnance du 4 octobre. On devine dans quel sens.

Le 20 janvier 1946 soit 108 jours après la publication des ordonnances, De Gaulle démissionne du gouvernement , il ne supporte pas de siéger avec quatre ministres communistes. Ce qui le met dans l’impossibilité de mettre en place la Sécurité sociale.

En 1948 dans son discours de Compiègne, De Gaulle met l’accent sur la nécessité de réduire les dépenses sociales en ces termes : réduire les dépenses de manière durable et effective ; cela comporte, en effet, la suppression de service entier, la mise en ordre radical des entreprises nationalisées, la réforme profonde du fonctionnement des assurances sociales (2). (que De Gaulle n’appellera jamais Sécurité sociale).

Le 30 décembre 1958 à peine revenu au pouvoir De Gaulle instaure par décret des franchises applicables au 1er janvier 1959. Ces franchises seront retirées en juillet de la même année grâce aux luttes syndicales.

Le 12 mai 1960 un décret du gouvernement De Gaulle organise par décret la mainmise de l’État sur la sécurité sociale.

En août 1967 les ordonnances De Gaulle – Jeanneney, mettront fin à 20 ans de gestion par les travailleurs (majoritairement par la CGT) de la Sécurité sociale en introduisant le paritarisme, qui de fait donne la majorité au patronat.

Voilà pour l’action de De Gaulle sur la Sécurité Sociale qu’il appellera toujours : les « Assurances sociales » et sans doute pas par hasard.

Dans un entretien à la revue le droit ouvrier, octobre 1995, Pierre Laroque directeur de la Sécurité sociale au ministère d’Ambroise Croizat dira : « le général De Gaulle ne m’a jamais parlé de sécurité sociale. Je l’ai rencontré à plusieurs reprises. Il ne m’en a jamais parlé  ».

Comme quoi le sujet ne l’intéressait pas vraiment.

Michel CIALDELLA

Ex administrateur de la CPAM de Grenoble

auteur de « La Sécurité Sociale une conquête en danger »

1)  Ambroise Croizat ou l’invention sociale. Michel Etiévent. Éditions GAP-2012.

2)  Yves Saint-Jours, traité de sécurité sociale : le droit de la sécurité sociale. LGDJ. 1984.

Lien Permanent pour cet article : http://www.pcf-fontaine.fr/26-mai-1946-ambroise-croizat-crea-la-securite-sociale/

Urgence pour des masques dans les écoles primaires de Fontaine

La section PCF de Fontaine s’est adressée au Maire de la commune, Franck Longo le 6 novembre 2020.

Monsieur le Maire,

         Depuis le 2 novembre, face à la recrudescence de la Covid 19, le port du masque est devenu obligatoire pour les écoliers et cela pour une durée pour le moment inconnue.

L’achat de masques pour les enfants de plus de 6 ans représente un coût non négligeable pour un grand nombre de familles de notre commune dont les ressources ont chuté gravement en raison des conséquences de la crise sanitaire.

Plus d’un million de personnes ont basculé en France en dessous du seuil monétaire de pauvreté, une réalité qui n’a malheureusement pas été prise en compte par le gouvernement quant à la nécessaire gratuité des masques.

Tout comme il n’avait pas pris en compte la demande du PCF pour que les masques soient remboursés par la Sécurité sociale. Notre pétition reste d’actualité !

Lors du premier confinement la municipalité de Fontaine, soucieuse de la santé des habitant-e-s, avait procédé à l’achat de masques comme la Région, et les avait distribués gratuitement dans un premier temps à tous les habitants et habitantes fragilisé-e-s à cause de l’âge ou de la maladie, puis à l’ensemble des Fontainois-e-s.

         Afin que tous les enfants soient égaux devant la nécessité d’être protégés et de protéger leurs proches de ce virus extrêmement meurtrier, nous vous demandons, de vous procurer en urgence des masques enfants et de les distribuer gratuitement aux écoliers fontainois, comme l’ont déjà fait un certain nombre de maires à travers le pays.

Dans l’espoir que, partageant notre souci d’égalité et de protection de la santé de tous, vous accorderez un accueil favorable à notre demande,

Veuillez agréer, Monsieur le Maire, nos salutations distinguées.

Willy Pepelnjak

Secrétaire de la section du PCF

« Fontaine rive gauche du Drac »

Lors du Conseil municipal du 2 novembre, le groupe Fontaine notre planète a déjà posé une question diverse liée aux masques dans les écoles élémentaires.

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://www.pcf-fontaine.fr/urgence-pour-des-masques-dans-les-ecoles-primaires-de-fontaine/

Vente solidaire de Fruits et légumes les 10 et 12 octobre 2020 à Fontaine

Ce jour, nous avons obtenu l’accord de la ville de Fontaine pour organiser deux ventes de fruits et légumes solidaires à Fontaine.

Samedi 10 octobre de 15h30 – 19h00
Esplanade André Malraux ( côté Aristide Briand )

Lundi 12 octobre de 8h30 – 12h00
Kiosque des Floralies ( rue Jean Prévost)
FONTAINE

UN GESTE DE SOLIDARITÉ
En ces temps difficiles, permettre à tous d’avoir un accès à des produits de qualité à des coûts moindres, c’est faire vivre les valeurs que nous défendons au quotidien.
UN GESTE POLITIQUE
Dénoncer les marges de la grande distribution qui étranglent producteurs et consommateurs pour satisfaire les appétits des actionnaires, c’est dénoncer les méfaits du capitalisme que nous combattons.
UN GESTE DE RÉSISTANCE
Soutenir les petits producteurs locaux, c’est résister à la mainmise de l’industrie agroalimentaire et défendre une agriculture de proximité, saine et respectueuse de l’environnement.

Les communistes proposent des mesures concrètes : UNE SÉCURITÉ SOCIALE DE L’ALIMENTATION

• Bloquer les prix des denrées alimentaires de base (fruits et légumes, pain, lait, viandes…) pour les consommateurs.

• Taxer les importations abusives qui pillent les productions locales et détruisent l’environnement.

• Soutenir les petits exploitants agricoles, en menant de vraies politiques publiques agricoles qui ne se limitent pas
à subventionner les « business-man de l’agriculture ».

• Favoriser les circuits courts, pour limiter l’impact environnemental des transports de marchandises et garantir à tous l’accès à une alimentation saine et équilibrée.

• Reprendre la main sur la grande distribution privée, en imposant une restriction des marges abusives et en constituant une chaîne publique de magasins (en convertissant les cadeaux fiscaux en parts d’État dans ces entreprises) afin de garantir une juste rémunération des producteurs.

Lien Permanent pour cet article : http://www.pcf-fontaine.fr/vente-solidaire-de-fruits-et-legumes-les-10-et-12-octobre-2020-a-fontaine/

Fontaine : Les communistes pour impulser et accompagner les luttes

Dans un contexte national marqué par un taux d’abstentions historique pour des municipales et gravement dommageable pour la démocratie, l’alliance de droite confortée par les voix de l’extrême-droite l’emporte à Fontaine. Ce qui met en péril l’ensemble des acquis sociaux et citoyens accumulés dans l’intérêt des habitantes et habitants au fil de 75 ans de gestion par des majorités de large rassemblement à gauche, avec à leur tête un maire communiste.
Avec cette nouvelle équipe se réclamant ouvertement de la majorité gouvernementale qui n’a cessé d’aggraver par ses choix politiques les inégalités et la pauvreté, que vont devenir par exemple : l’accès gratuit à la piscine pour l’ensemble des classes d’écoliers ; la gratuité de la bibliothèque ; l’initiation à la musique de tous les élèves des écoles élémentaires ; les tarifs peu élevés des restaurants scolaires ; la gratuité de l’accueil périscolaire ; l’indépendance de la MJC et des associations..? Qu’en sera-t-il de la mise en place en cours de réalisation d’un centre de santé pluridisciplinaire ouvert 7 jours sur 7 ? Que deviendront les politiques de lutte contre les discriminations et pour l’égalité ? Quel avenir sera réservé aux équipements culturels de qualité et accessibles à tous comme « La Source » ou « Le Vog » ?
Une certitude : les Fontainoises et les Fontainois trouveront les communistes à leurs côtés pour impulser et accompagner les luttes contre toute remise en cause de ces acquis précieux. Ils peuvent aussi compter sur nous, comme ce fut le cas récemment lors de l’action pour le maintien de l’antenne de la Sécu à Fontaine, pour exiger le maintien de services publics de proximité de qualité, notamment ceux relevant de la gestion municipale. L’heure est plus que jamais au rassemblement et à la mobilisation.

Lien Permanent pour cet article : http://www.pcf-fontaine.fr/fontaine-les-communistes-pour-impulser-et-accompagner-les-luttes/

Municipales à Fontaine, la gauche doit l’emporter

C’est fait : Franck  Longo et Laurent Thoviste sont alliés pour le 2ème tour des élections municipales. Soutenus par le MODEM et La République en Marche, leur objectif est clair : faire basculer la ville à droite. Pour cela ils comptent, notamment,  comme au 1er tour, sur les voix de l’extrême – droite.

Désappointés par l’union de toute la gauche au second tour, bousculés par la mauvaise presse d’un gouvernement qui les a adoubés. Peu désireux d’avouer leurs choix de régression pour Fontaine, ils ont choisi l’outrance et l’invective, histoire de faire oublier leur alliance dangereuse entre un ami de François Fillon et un partisan d’Emmanuel Macron.

Un large rassemblement à gauche

Face à la droite, Jean-Paul Trovero conduit  la liste «  Oser une planète commune, écologique et solidaire  » qui, fusionnée avec celle de Sophie Romera, rassemble toute la gauche sur un programme, des valeurs et des combats de progrès et de solidarités, la défense des services publics.

Ce sont ces orientations qui doivent l’emporter le 28 juin, dans l’intérêt du plus grand nombre.

Le 28 juin, votez et faites voter pour la

liste de large rassemblement à gauche

 » Oser une planète Commune, écologique et solidaire  » conduite par Jean-Paul Trovero !

Les Mobilisations contre la politique de Macron

La crise sanitaire a projeté sur le devant de la scène tous les méfaits d’une politique au service de l’argent, incarnée aujourd’hui par Emmanuel Macron.

Les promesses de primes pour les soignants, , pour les travailleuses et travailleurs en première ligne  se sont vites envolées. Des caissières à qui l’ont avait promis une prime et qui n’auront rien. 120 salariés de la Sucrerie de Tourcy qui ont travaillé nuit et jour pour produire du gel hydro alcoolique viennent d’apprendre leur licenciement.

Le monde d’après ressemble dangereusement au monde d’avant.

Un hôpital  en peau de chagrin

Les applaudissements, les médailles, les beaux discours ne suffisent pas. Il faut des moyens pour les hôpitaux, des revalorisations salariales pour les  » premiers  de corvées  »  une réelle reconnaissance de leur travail.

Bien que gravement affaibli depuis des décennies par les coupes budgétaires l’hôpital public a montré à quel point il était indispensable pendant la crise .

• Plus de 100 000 lits  fermés depuis 20 an (4 200 en 2017-2018  avec Macron)

• Des dizaines de milliers d’emplois supprimés et autant à venir avec le budget de la Sécu qui prévoit 2 milliards « d’économies » sur la masse salariale d’ici 2021, 95 sites hospitaliers fermés rien qu’entre 2013 et 2014.

Défendons notre hôpital public

après les applaudissements, la mobilisation

Le 16 juin, des rassemblements auront lieu  à l’appel  des syndicats de la fonction publique hospitalière (CGT, FO, SUD, UNSA) et des collectifs « Inter-Urgences » et « Inter-hôpitaux » pour défendre l’hôpital public.

MARDI 16 JUIN À GRENOBLE

• 10h30 rassemblement devant l’ARS, Cité administrative  rue Joseph Chanrion

• 12h pique nique, Place de Verdun, face à la Préfecture

Soyons présents à leurs côtés, leurs revendications nous concernent :

• Arrêt de toutes les fermetures d’établissements, de services et de lits

• Revalorisation générale des salaires (salaire net moyen d’une infirmière : France 2070 €, Allemagne 2383 €, Espagne 2600 €)

Lien Permanent pour cet article : http://www.pcf-fontaine.fr/municipales-a-fontaine-la-gauche-doit-lemporter/