Pour le pouvoir d’achat, la campagne des communistes

Ci dessous le numéro de Décembre 2018 du Café Rouge en cours de diffusion en même temps que les signatures de pétition pour le pouvoir d’achat

De tout le pays monte la colère populaire contre l’injustice sociale et fiscale.

Qu’ils portent des gilets jaunes, des blouses blanches ou des robes noires, des millions de femmes et d’hommes n’acceptent plus le sort qui leur est fait. Ils le disent haut et fort :  » Trop, c’est trop !  » On ne peut continuer à vivre avec des salaires de misère, des pensions sans cesse rognées, des allocations sacrifiées sur l’autel de l’austérité. »

Nous sommes des leurs !

Ce gouvernement au service de la finance a multiplié les cadeaux fiscaux à une poignée d’ultra riches.

De l’autre, il aggrave les difficultés et la précarité pour les salariés, les privés d’emplois, les jeunes, les retraités. Les femmes en sont les premières victimes.

Nous disons que la transition écologique, vitale à l’heure où l’humanité est menacée de terribles catastrophes, ne peut être menée à bien sans progrès social et sans changer notre modèle économique.

Avec les femmes et les hommes mobilisés dans les rues, dans les entreprises, dans les quartiers, nous voulons une économie au service de l’humain. Il faut une autre utilisation de l’argent pour produire autrement, pour partager les richesses créées par le travail.

L’heure est à la conquête de nouveaux pouvoirs, de l’entreprise à la République, jusqu’à l’Union Européenne.

Il faut cesser de culpabiliser la majorité de notre peuple.

Pour que chacune et chacun puisse vivre dignement, il y a besoin d’augmenter les salaires, les pensions, les minima sociaux. Il y a besoin de services publics réhabilités (école, écologie, recherche, système de santé, culture, accessibles à toutes et tous), d’investissements massifs dans les transports collectifs, la rénovation énergétique des logements.

Les moyens pour y parvenir existent. Partons à leur conquête !

Le gouvernement doit répondre à la souffrance et à la colère du pays. Dès le 1er janvier 2019, l’impulsion doit être donnée d’une augmentation générale des salaires et des pensions, dans le public comme dans le privé : le SMIC doit être augmenté de 200 euros nets. Les négociations doivent s’ouvrir au plus vite dans toutes les branches professionnelles comme dans la fonction publique.

Signer en ligne la pétition

Pour financer la transition écologique d’autres choix fiscaux, budgétaires et financiers s’imposent, dès la Loi de Finances 2019.

Comme l’a fait notre tête de liste pour les élections européennes, Ian BROSSAT, nous exigeons :

  • de ramener le taux de la TICPE à son niveau de 2017 et l’affecter réellement à la transition écologique,
  • une taxation exceptionnelle des 10 milliards de profits annuels des compagnies pétrolières ,
  • la taxation du kérosène,
  • le maintien des lignes ferroviaires de proximité, menacées de fermeture, le développement du fret ferroviaire,
  • le retour à une TVA de 5,5% sur les transports en commun.

Et revenir sur l’ensemble des mesures fiscales en faveur des plus riches et des profits (ISF…).

Solidaires de celles et ceux qui se mobilisent pour le pouvoir d’achat et contre l’austérité, les communistes sont engagés dans toutes les luttes pour les droits sociaux, pour l’emploi et la défense des Services publics.

 

Lien Permanent pour cet article : http://www.pcf-fontaine.fr/pour-le-pouvoir-dachat-la-campagne-des-communistes/

Beau succès du loto de la Section PCF Fontaine rive gauche du Drac, le 8 décembre 2018

Le même soir, les communistes d’Échirolles organisaient un concours de belote et le Mouvement jeunes communistes le Noël-Marx, c’est dire l’extraordinaire apports des militantes et militants.

Rassembler une peu plus de 400 personnes sur une initiative dans un contexte de luttes sociales et environnementales, c’est le pari rempli pour ce loto des communistes de la rive gauche du Drac.

Au cours du loto, nous avons aussi fait de la politique, 78 personnes ont signé la pétition pour une progression conséquente du pouvoir d’achat.

Vous pouvez télécharger cette pétition et la faire signer autour de vous, avant de nous la retourner à Parti communiste Français, 14 Avenue Aristide Briand 38600 Fontaine.

Signer en ligne

Lien Permanent pour cet article : http://www.pcf-fontaine.fr/beau-succes-du-loto-de-la-section-pcf-fontaine-rive-gauche-du-drac-le-8-decembre-2018/

A propos du financement de la sécurité sociale.

« L’ordonnance du 4 octobre 1945… a été le produit d’une année de travail…
La sécurité sociale, pour assurer son efficacité,… doit être confiée aux Français et Françaises, sans considération de politique, de religion ou de conception philosophique »
Ambroise Croizat le 8 août 1946
A propos du financement de la sécurité sociale.
En ce moment, le parlement débat du budget 2019 de la Sécurité sociale.
« Faire appel au budget de l’État, c’est inévitablement subordonner l’efficacité de la politique sociale à des considérations purement financières qui risquent de paralyser les efforts accomplis. Mais il y a une autre raison infiniment plus importante, qui se relie à tout l’esprit des réformes en cours, à tout l’esprit de la politique sociale et du plan de sécurité sociale : c’est que la sécurité sociale doit être l’œuvre des intéressés eux-mêmes ; elle doit reposer sur un effort véritable des intéressés.

C’est pourquoi tout le plan de sécurité sociale doit être alimenté par les contributions des bénéficiaires. Sans doute, au versement direct de ces derniers s’ajoutent, lorsqu’il s’agit de salariés, les contributions des employeurs dont l’importance est beaucoup plus grande que celle des bénéficiaires. Mais, si l’on va au fond des choses, il n’y a pas de différence profonde entre la contribution de l’employeur et la contribution du bénéficiaire. En effet, la contribution de l’employeur et, en réalité, la contribution de l’entreprise. Et toute l’évolution économique et sociale d’aujourd’hui tend à associer les travailleurs à la gestion des entreprises et par la même doit les conduire à considérer que les deniers de l’entreprise sont en même temps les leurs, et que ce qui est versé par l’entreprise est versé par eux, ce qui est d’ailleurs, dans une certaine mesure, la vérité. Nous entendons ainsi réaliser le plan de sécurité sociale sans rien demander au budget en demandant tout à l’effort des intéressés et des entreprises ». (Pierre Laroque) (1).
Jusqu’en 1996 le Parlement ne votait pas le budget de la Sécurité sociale. Ce qui est normal vu qu’il s’agit d’une part de notre salaire. À l’origine le budget de la Sécurité sociale était alimenté uniquement par les cotisations sociales. Le gouvernement « se contentant » d’augmenter le taux de cotisation qui progressa jusqu’au début des années 1970. Durant cette période un grand nombre de CHU a vu le jour subventionné par la branche maladie de la sécurité sociale. Et personne n’en est mort !
Au lieu de poursuivre dans cette voie, les gouvernements successifs ont gelé les taux de cotisation : en 1979 pour la retraite et en 1984 pour la santé. Et jusqu’en 1967 dates des ordonnances Jean-Marcel Jeanneney – De Gaulle, les caisses de Sécurité sociale étaient gérées par les intéressés. Les conseils d’administration étaient élus par les salariés et composé pour trois quarts des représentants des salariés, avec des pouvoirs étendus. Ce qui était insupportable au patronat et à la droite parfois appelée parti socialiste.
Revenir à ces principes fondamentaux ça n’est pas revenir en arrière bien au contraire. Ce système a largement démontré son efficacité. Ce qu’ils appellent le « déficit » est une construction politique pour justifier la casse de notre salaire socialisé. D’ailleurs Pierre Laroque dénonçait en 1992 « Le déficit est artificiel puisque, seuls, les pouvoirs publics fixent à la fois le montant des cotisations et le taux de toutes les prestations ». Aujourd’hui le PIB qui est la somme des valeurs ajoutées créées en France est composée aujourd’hui à 60 % par les salaires. En 1982 les salaires représentaient 70 % du PIB. Dans un premier temps revenir à cette répartition des richesses permettrait d’augmenter la masse salariale de 220 milliards d’euros environ et permettrait d’abonder à hauteur de 88 milliards d’euros les trois branches de la Sécurité sociale (maladie, vieillesse, famille).
L’apparition de nouvelles maladies, l’utilisation de technologie sophistiquées, le fait que l’on passe plus longtemps à la retraite justifient que l’on augmente massivement les cotisations sociales dites « patronales ». En fait cette expression est fallacieuse, il s’agit d’une part de la valeur ajoutée (créée par le travail des producteur que nous sommes) prélevée pour le salaire direct, le salaire socialisé (les cotisations) mais aussi le profit. Si cela pose des problèmes aux PME, on ne les résoudra pas en abaissant les cotisations, mais en augmentant les prix de ces entreprises qui sont totalement sous la coupe de leurs fournisseurs ou acheteurs.
Bien entendu s’agissant d’un salaire socialisé, la gestion devrait revenir aux seuls salariés. Les patrons n’ayant rien à faire dans la gestion d’un salaire qu’il soit direct ou indirect. Les salariés qui depuis des décennies ont pu se former, se cultiver et ont démontré par le passé leur capacité de gestionnaire n’ont pas besoin d’être chapeauté par des parlementaires. Ils sont responsables et n’ont aucune leçon à recevoir des gouvernements qui les méprisent !
Notons encore que ceux qui s’acharnent encore au nom des déficits qu’ils ont eux-mêmes organisé devraient se demander comment estimer les millions de personnes qui ont pu, grâce à la Sécurité sociale : se soigner, avoir la vie sauve. Mais pour les violents (2) qui nous gouvernent peux importe qu’en plus un grand nombre ont une retraite décente et puisse éduquer leur enfants grâce au allocations familiales. Seulement voilà, en 2018 pour les trois branches de la Sécu c’est un budget de 498 milliards € (3) qui échappe à la goinfrerie des capitalistes.
Michel Cialdella
ex-administrateur de la CPAM de Grenoble

1. Pierre Laroque était le directeur de la Sécurité sociale au ministère d’Ambroise Croizat. S’il n’est pas le père de la Sécurité sociale comme certains le prétende, il a tout de même joué un rôle important.
2. Les riches, dont la violence n’est jamais mentionnée. « La violence des riches » livre des Pinçon – Charlot – Editions Zones – 2013
3. Loi de financement de la Sécurité sociale, 2018.

Lien Permanent pour cet article : http://www.pcf-fontaine.fr/a-propos-du-financement-de-la-securite-sociale/

Loto du Samedi 8 décembre 2018 à 20H00

Loto du Samedi 8 décembre 2018 à 20H00
Organisé par la Section PCF Fontaine rive gauche du Drac
Salle Edmond Vigne
23 rue des Alpes
38600 Fontaine

Voici quelques uns des lots mis en jeu qui vous donnerons un avant-goût de Noël :
Télévision écran plat LED HD 99 cm
VTT 26 pouces
Tablette infinite + 10,1 HD + Clavier BI
Jambon
Filets garnis
et de très nombreux autres lots de valeur
Au total: 12 quines et 10 cartons pleins
Buvette, Crêpes maison, hot-dog, sandwich
Achat des cartons et petite restauration, dès 19H15
Prix des cartons:
1 carton = 3€;
4 cartons = 10€;
7 cartons = 16€;
10 cartons = 20€

Dans cet article, vous verrez ci-dessous l’ensemble des autres sites qui relaient l’annonce de notre loto:

  1. 123loto.com
  2. Festiv.net : 
  3. KOIKANO
  4. Annuaire des LOTOS
  5. Agenda Loto
  6. Fasilannonce
  7. Marche
  8. CmaSortie
  9. Loto Calendrier
  10. Tout Y Passe
  11. Agenda des Sorties
  12. FEST
  13. Agenda Animation
  14. Koikanou
  15. Flaner Bouger
  16. Où Bouger
  17. Isère Planète Kiosque
  18. LOTO Passion
  19. Mapado
  20. G-Trouvé
  21. A vos Agendas
  22. Ballad’ain
  23. Élu communiste Sassenage
  24. Le bon coin
  25. Iookaz
  26. Annonce et promotion
  27. Info locale
  28. Initiatives Vercors
  29. CQuand
  30. Tadupif

Lien Permanent pour cet article : http://www.pcf-fontaine.fr/loto-du-samedi-8-decembre-2018-a-20h00/

20 novembre 2018, les communistes soutiennent les agents de Pôle emploi

L’intersyndicale de Pôle Emploi appelle à la grève le 20 novembre 2018 pour protester contre les 800 suppressions de postes prévues par le budget de l’État en 2019. Les personnels de Pôle emploi ont subi la suppression de 300 postes et de 1400 contrats aidés en 2018… Aujourd’hui, l’objectif est de supprimer 4 000 postes d’ici 2022 !

Dans un communiqué, les organisations syndicales dénoncent les conséquences d’une telle décision : 

•         Une dégradation du service rendu aux demandeurs d’emploi et aux employeurs (dématérialisation des procédures au détriment de l’accompagnement, gouffre numérique qui s’accentue, gestion par algorithme, radiation de masse, etc.)

•         Une dégradation des conditions de travail du personnel (augmentation du nombre des personnes à suivre exponentielle malgré les radiations, pression managériale etc)

La section du Parti Communiste Français de Fontaine rive gauche du Drac apporte son plein soutien  aux agents de pôle emploi en lutte.

Nous condamnons la politique de Macron et de son gouvernement qui consiste à favoriser les riches, les marchés financiers, le CAC 40 en s’attaquant aux intérêts des plus pauvres, la grande majorité des salariés. Si par hasard Olivier Véran et Émilie Chalas « traversent la rue le 20 novembre » ils pourront rencontrer les femmes et les hommes qui accompagnent les demandeurs d’emplois, et constater les effets néfastes des choix qu’ils font en tant que député.es !

Pour l’emploi, pour un changement radical de politique, pour en finir avec le capitalisme  qui mène au désastre les peuples et la planète, nous avançons les propositions suivantes :

  • Création d’un grand service public de l’emploi.
  • Une sécurité d’emploi et de formation c’est-à-dire, le dépassement progressif du marché du travail avec la mise en place d’une alternance entre l’emploi et la formation depuis l’entrée dans la vie active jusqu’à la retraite avec maintien du salaire, de sa progression, des droits de chaque salarié(e).
  • Création d’un pôle public du financement pour financer en complément du rôle de l’État les collectivités locales, les services publics, la transition énergétique et la protection de l’environnement.
  • Hausse des salaires, du SMIC, des minima sociaux et des retraites.
  • Recréer un impôt sur la fortune.
  • Taxer les revenus financiers et lutter réellement contre la fraude et l’évasion fiscale.
  • Supprimer les exonérations fiscales et sociales des entreprises (200 milliards d’euros par an) qui n’ont eu aucun effet positif pour l’emploi.

 

                        OU PRENDRE L’ ARGENT ?

  • 17 000 à 25 500 milliards d’euros : c’est le montant dissimulé dans les zones défiscalisées du globe.
  • 100 milliards d’euros : c’est le montant de la fraude et de l’évasion fiscale en France (1 000 milliards en Europe).
  • 3 000 milliards d’euros : c’est le total des versements de la BCE aux banques privées depuis dix ans.

Il existe donc bien des moyens de financement

Lien Permanent pour cet article : http://www.pcf-fontaine.fr/20-novembre-2018-les-communistes-soutiennent-les-agents-de-pole-emploi/

Les communistes de Fontaine partie-prenante de la Marée Populaire du 26 Mai 2018 à Grenoble

Une cinquantaine d’organisations syndicales, politiques et associatives appellent à  défiler  dans toute la France ce samedi 26 mai  » pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité ». Parmi les partis politiques , le PCF,   EELV, Ensemble,  La France Insoumise, Génération.s, le NPA…

ATTAC et La fondation Copernic sont à l’origine de cette initiative qui vient s’inscrire en soutien des luttes en cours, qu’il s’agisse des cheminots, des agents de la Fonction publique, des hospitaliers…

Des syndicats sont partie prenante : la CGT, la FSU, le SNES-SUP-FSU, le syndicat de la magistrature, Solidaires, l’UNEF (étudiants).

Les communistes de la Section de Fontaine rive gauche du Drac ont toute leur place dans ce rassemblement   qui prendra à Grenoble la forme d’une manifestation qui partira à 10h de la place de la Gare jusqu’à la Place Victor Hugo pour un moment festif.

Ils ont décoré la vitrine de leur local avec le mot d’ordre:  » SOUTIEN AUX CHEMINOTS EN LUTTE« 

Lien Permanent pour cet article : http://www.pcf-fontaine.fr/les-communistes-de-fontaine-partie-prenante-de-la-maree-populaire-du-26-mai-2018-a-grenoble/

Fête du Travailleur Alpin, les 29 et 30 juin, le 1er juillet 2018 au Parc de la Poya à Fontaine

Cette fête existe depuis 1929. Depuis 1983, elle a pour cadre le magnifique Parc de la Poya à Fontaine dans l’Isère.

La fête, c’est bien évidemment les spectacles de qualité, les différents débats et toutes les animations proposées par les différents stands.

Pour vous renseigner sur les contours de cette édition 2018, rien de tel que parcourir les différents pages du site qui lui est dédié.

Les militantes et militants communistes de la section de Fontaine vous donnent rendez-vous dans leur espace, buvette et restauration rapide.

Vous y trouverez, la bière artisanale de Sassenage, les fritures de joëls, frites, hot-dogs, pâtisseries confectionnées par nos adhérents.

Dès à présent, la vignette-bon de soutien à 16 € est disponible pour ces 3 jours de festivités, vous pouvez vous la procurer auprès de nos militant-e-s ou bien lors de nos réunions qui se tiennent chaque mercredi de 17H30 à 19H30, à notre siège: 14 Avenue Aristide Briand 38600 Fontaine.

Inscription pour Participation, sur la messagerie de la section PCF Fontaine rive gauche du Drac

 

Lien Permanent pour cet article : http://www.pcf-fontaine.fr/fete-du-travailleur-alpin-les-29-et-30-juin-le-1er-juillet-2018-au-parc-de-la-poya-a-fontaine/