Aménagement de la montagne, VERCORS : mobilisons-nous contre les spéculateurs

Afin de réaliser un maximum de profits en un minimum de temps, les spéculateurs s’apprêtent à bouleverser les équilibres naturels et humains du Vercors, au détriment de ses habitants et de ses résidents.
Le PCF apporte son soutien à tous les citoyens mobilisés contre les prédateurs de la finance. Tout aménagement de la montagne doit répondre prioritairement aux besoins économiques et sociaux en intégrant les enjeux climatiques.
Faisant fi des constats les plus récents des scientifiques qui confirment tous une réduction progressive de la période d’enneigement en moyenne montagne, les spéculateurs à l’œuvre aujourd’hui dans le Vercors, avec le soutien des maires de droite de Villard et Corrençon, persistent à miser principalement sur le développement du ski.
Alors qu’il y a urgence à diversifier les activités économiques si l’on veut préserver un équilibre harmonieux entre le tourisme, l’agriculture, le commerce et l’artisanat, dans le respect de l’environnement.
LE CONTRÔLE DÉMOCRATIQUE DES CHOIX OPÉRÉS
La fabrication de neige de culture est présentée comme un remède magique permettant de prolonger la saison de ski. C’est vrai dans l’immédiat, pas sur le long terme ! L’élévation continue des températures condamne ce calcul à courte vue.
Destinés à une clientèle fortunée, les projets immobiliers de Tony Parker sont, de surcroît, dispendieux en eau et en énergie.
Au moment même où les ressources se raréfient et où les plus pauvres sont contraints d’économiser pour se chauffer et s’éclairer.
Pour ne pas devenir sources de conflits, les usages de l’eau, les dépenses énergétiques, comme l’ensemble des choix économiques et sociaux doivent faire l’objet de débats publics, d’un contrôle démocratique par les habitants et résidents du Plateau.
LE DROIT AU LOGEMENT REMIS EN CAUSE
Avec la flambée de l’immobilier, le droit au logement des forces vives du Vercors est remis en cause. Des jeunes disposant d’un métier et d’un travail régulier sur l’année, sont amenés à quitter les Quatre Montagnes pour s’installer dans le Vercors drômois, où le prix du terrain et les loyers pratiqués sont davantage en rapport avec leurs salaires. Quitte à faire encore plus de kilomètres en voiture pour aller travailler !
Ce constat vaut pour les nouveaux arrivants, adeptes du télé-travail ; pour les saisonniers qui contribuent au succès de la saison hivernale ; pour les aides à domicile, indispensables au maintien à domicile des personnes âgées dépendantes, qui ne parviennent plus à se loger sur le Plateau.
Au moment même où les ressources se raréfient et où les plus pauvres sont contraints d’économiser pour se chauffer et s’éclairer.
Pour ne pas devenir sources de conflits, les usages de l’eau, les dépenses énergétiques, comme l’ensemble des choix économiques et sociaux doivent faire l’objet de débats publics, d’un contrôle démocratique par les habitants et résidents du Plateau.
Le droit au logement est codifié comme droit humain dans la Déclaration universelle des droits de l’Homme de 1948 : « Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l’alimentation, l’habillement, le logement, les soins médicaux ……  » (Article 25)
Aspects sociaux, économiques et écologiques sont liés. Les solutions à élaborer avec l’ensemble de la population, impliquent de rompre avec la logique spéculative.
A l’initiative des élus d’Autrans-Méaudre, la Communauté de communes vient d’adhérer à l’Etablissement public foncier local (EPFL). Cet organisme public peut se substituer aux communes qui n’ont pas les ressources financières suffisantes, pour préempter les terrains constructibles et éviter qu’ils ne tombent aux mains des promoteurs privés.
Le PCF entend contribuer à la constitution de ce rassemblement majoritaire.

Lien Permanent pour cet article : https://www.pcf-fontaine.fr/5818

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser ces deux champs tels quels :

Protégé par Invisible Defender. 651 023 spammeurs ont vu s'afficher une page d'erreur 403.